Agrandir la taille le texteTaille normale du texteDiminuer la taille du texte

SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER

Cette première partie traite de la présence de THC dans les liquides biologiques et les cheveux. Les notations suivantes traitent des méthodes de détection du THC et de ses métabolites, des causes possibles de test positif sans usage de drogue, de l’effet de dilution de l’urine, de l’ingestion de substances destinées à nettoyer l’urine, de l’addition de substances modifiant l’urine, le sang, la salive, la sueur et les cheveux.

Les consommateurs de cannabis peuvent être exposés à des tests de dépistage pour différentes raisons. Généralement, ces tests sont effectués sur les liquides biologiques ( salive, sueur,urine, sang ) ou les cheveux.

Par exemple, pour une présumée conduite sous influence de drogues, les policiers peuvent effectuer un test de dépistage par la salive ou la sueur. Si dans un examen ultérieur, du THC est trouvé dans le sang, en dépassement du taux toléré, l’intéressé est considéré comme absolument inapte à conduire un véhicule. Alors, une recherche de THC ou de ses métabolites, en particulier THC-COOH, est ordonnée dans l’urine ou les cheveux.

présence de THC dans les liquides biologiques et les cheveux

sang - le THC peut être détecté pendant cinq à douze heures dans le sang après avoir fumé une seule cigarette. Pour les utilisateurs réguliers, c’est un ou deux jours après la dernière consommation. Mais la détectabilité de THC-COOH reste parfois possible après cinq jours, même pour une seule utilisation. C’est la détection sanguine qui prouve le plus souvent la consommation.

urine - la durée de détection est encore plus variable que dans le sang. Des cas extrêmes ont été attestés plus de six semaines après la dernière consommation, bien qu’il puisse y avoir une détection négative une semaine après. L’urine élimine le THC inaltéré mais surtout les produits du métabolisme, principalement le THC-COOH. C’est donc ce que l’on y recherche en priorité. La détection, après usage unique varie entre un et sept jours, deux à trois semaines pour une consommation plus régulière, et en fonction d’autres facteurs.

salive - ne concerne que les fumeurs de cannabis. Peu de THC passe du sang dans la salive, donc les métabolites sont faiblement concentrés. Si la consommation se fait par capsules ou même par biscuit mal mâché, la consommation devient presque indiscernable. La détection peut varier entre une et vingt quatre heures. Les "screeningtests" sont peu fiables et souvent le THC ne peut être prouvé

sueur - Comme avec la salive, les tests de dépistage ne donnent pas de résultats corrects. Par contre, les recherches sont intensives pour les perfectionner. Car ce type de tests peut s’effectuer facilement, sans interférence avec la vie privée, sur simple suspicion, avant d’être confirmé par un test sanguin.

cheveux - Le THC et ses métabolites peuvent s’y retrouver, mais à doses très faibles et très variables. L’absorption peut être due à la croissance, au sébum, à la sueur ou à l’air ambiant. Les cheveux riches en pigments, cheveux noirs, le stockent plus que les cheveux à pigments faibles, blonds, gris ou blancs. Les examens montrent la présence du THC ou THC-COOH dans 85% des cheveux de consommateurs quotidiens et près de 52% de consommateurs épisodiques. Une consommation d’une ou deux fois par mois n’entraîne aucune trace.

SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET L’IMPERFECTION DES SYSTÈMES DE DÉTECTION II

méthodes de détection du THC et des produits de son métabolisme

Les "screeningtests", dépistages avec l’urine, la sueur ou la salive, sur le principe des tests immunologiques, cherchent si une drogue à été utilisée. Fréquemment, les kits fonctionnent pour plusieurs drogues. Les tests, tels que l’ EMIT (enzyme multiplied immunoassy technique) sont bon marché mais moins précis que ceux pouvant déterminer la concentration d’une substance particulière.

Les tests de dépistage sont effectués avec un certain seuil (cut off) pour tenir compte de l’imprécision et ne pas avoir trop de tests "faux positifs", c’est à dire réagissant alors qu’il n’ y a pas de substance présente. En général, si il y a consommation une ou deux fois par semaine, et pas dans les un à deux jours avant le test, l’urine ne donne pas de preuve de substances.

Si il est positif, il faut le confirmer et déterminer la concentration exacte avec une méthode plus fiable. Le plus fréquemment avec un GC/MS , chromatographie gazeuse/spectrométrie de masse, et parfois un HPLC, chromatographie liquide haute performance. Ces tests sont utilisés si les cheveux ou le sang révèlent du THC ou ses métabolites.

Même si les entreprises de recherche n’aiment pas l’admettre, ces tests ne sont pas exacts. Les essais dans les laboratoires allemands "Deutschen Geselschaft toxikologistsche und Forensische Chemie", société allemande de chimie toxicologique médico-légale, pour 2005, ont démontré des écarts de parfois plus de 50 % dans la concentration correcte de THC dans le sérum sanguin.

causes possibles de tests positifs sans usage de drogues

Lorsque du THC ou ses métabolites sont détectés, les contrevenants prétendent parfois avoir consommé des aliments à base de chanvre ou être victime de consommation passive.

Dans les années 90, l’huile de chanvre pouvait présenter des concentrations en THC permettant une réaction positive. Mais les fabricants ont réagi et les produits actuels ne contiennent plus que d’infimes quantités de THC. Et la fraude serait vite découverte puisqu’il faudrait citer le produit et la quantité ingérée pour que cela puisse correspondre à la concentration de THC trouvée. La consommation passive peut éventuellement induire une teneur de THC détectable dans le sang et l’urine, pour un temps relativement court et dans des conditions extrêmes. Par exemple un voyage en voiture, fenêtres fermées, avec trois passagers fumant fortement, jusqu’aux Pays-Bas, permettrait un taux de concentration incontestable chez un conducteur non consommateur Il est donc peu probable que ce type d’excuses soit pris en compte, même si cela peut parfois , individuellement être crédible.

dilution de l’urine

Une méthode courante pour manipuler les tests urinaires est de diluer l’urine. L’augmentation du liquide diminue la concentration de THC-COOH. Mais d’autres substances naturelles se trouvent normalement dans l’urine, comme la créatinine, et une diminution de sa densité peut révéler une consommation excessive de liquide. D’autre part, la couleur particulièrement claire peut faire naître le soupçon. En prenant de grandes quantités de vitamine B2, 50 à 100 milligrammes, que l’on trouve dans les composants de produits B-vitaminés ( supermarchés ou drogueries) l’urine diluée peut conserver sa couleur jaune. Et la créatine est disponible comme complément alimentaire chez les culturistes ou en médicament pour les maladies musculaires (dystrophie musculaire).

Plus on boit, plus on élimine et plus grand sera l’effet de dilution. On peut utiliser les diurétiques utilisés contre l’hypertension artérielle, mais ils sont soumis aux prescriptions médicales. Par contre, certains végétaux déshydratants se trouvent en pharmacie, et le café, le thé à la menthe, le jus de canneberge (cranberry dans les magasins de priduits naturels)) ont des effets , faibles, diurétiques reconnus.

Parfois, si un test est ordonné à court terme, certains usagers de cannabis utilisent de puissants diurétiques tels que Lasix 40 mg, et boivent autant d’eau que possible pour arriver à éliminer deux à trois fois l’équivalent de la vessie, puis passent ensuite le test. la prise de ces médicaments recommande la prudence et ils ne doivent pas être pris en cas d’insuffisance hépatique, grossesse, allaitement, dommage aux reins, carence en potassium, ou déshydratation. La première urine du matin est la plus concentrée et contient donc le plus de THC-COOH.

Tableau Concentrations de THC-Cooh - après analyse GC /MS dans l’urine, en nanogramme par millilitre, dans des conditions d’essai différentes après la prise orale d’une quantité homogène de THC-COOH (selon l’examen de Coleman 1997 )

SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER III

Il n’y a que peu de données scientifiques sur l’efficacité des produits du commerce permettant de libérer l’urine du THC, et d’autres drogues. C’est la quantité de liquide qui les accompagne qui est principalement déterminante. Par exemple, 1,4 litre de liquide doit être bu avec du "Quick Flush" et I, I litre avec "Eliminator".

"Quick Flush" contient des vitamines B, de la créatine et des substances végétales (plantes éventuellement diurétiques) Les instructions pour "Eliminator" conseillent de manger et boire comme habituellement, puis boire la bouteille entière de "Eliminator" et l’eau supplémentaire afin de vider 3 ou 4 fois la vessie. Le teste doit s’effectuer après 45 minutes.

Le tableau montre l’ effet de la dilution et de l’utilisation des deux produits d’après une enquête scientifique. Lorsque la concentration en THC-COOH est faible, en dehors de toute manipulation, une plus importante quantité de liquide absorbée, 3-5 litres, avec accompagnement de produits diurétiques entraînera une limite de détection inférieure.

Aucun résultat n’est prouvé si on commence à boire une plus grande quantité de liquide plusieurs jours avant le test. Cela ne permet pas une plus grande élimination du THC-COOH.

Il n’y a aucune preuve concernant la vitamine C, l’acide nicotinique ( vitamine B3 ou niacine) ou l’influence du vinaigre sur la concentration du YHC-COOH. En théorie, le charbon actif (utilisé pour la diarrhée) ou la lécithine accélèrent l’élimination du THC-COOH, mais il n’y a aucune preuve scientifique. De même, il n’y a aucune preuve sur l’impact des produits du commerce sur l’excrétion du THC-COOH. Beaucoup d’utilisateurs en ont eu une bonne expérience, sans doute en raison de l’effet de dilution. Il y a aussi de nombreuses expérimentations sans effet. Pour empêcher la détection de THC-COOH, on peut ajouter diverses substances à l’urine : savon liquide, eau de javel, sel de table, produits caustiques, vinaigre et gouttes pour les yeux. Cependant, la plupart de ces éléments peuvent se remarquer, par leur apparence mais aussi en raison du poids spécifique (sel de table’), du PH (eau de javel, vinaigre), apparence (savon liquide) ou l’odeur. Le résultat de test est éventuellement dépendant du choix de l’Immunoassay. La seule substance qui ne peut se détecter facilement est le collyre. C’est le produit de conservation contenu dans les gouttes pour les yeux, le benzalkoniumchlorid, qui est actif dans ce cas.quelques gouttes suffisent pour empêcher de trouver le THC-COOH dans l’urine, moyennant l’Immunoassay.

Le benzalkoniumchlorid se trouve dans plusieurs produits de désinfection et de nettoyage, comme Sagrotan. Mais le chlorure de benzalkonium n’affecte pas la détection du THC-COOH par GC-MS. Selon une étude scientifique, l’ajout de Papain peut réduire la concentration de THC-COOH dans l’urine sans être repérable facilement en laboratoire. Un produit du commerce, Urine Luck contient du PCC (chlorochromate de pyridinium) comme ingrédient actif. Il réduit d’autant mieux la concentration qu’il peut agir plus longtemps.

modifier le sang, la salive, la sueur et les cheveux

A ma connaissance, la concentration de THC dans le sang ne peut être modifiée. Toutefois il est important de noter que ces tests sanguins sont inexacts L’étude des gouttes pour les yeux ont donné un résultat négatif dans les tests avec la sueur. Un produit est disponible sur internet (http://www.ipassedmydrugtest.com) pour falsifier les tests salivaires. Mais l’efficacité n’a pas été étudiée. Le taux de concentration de THC dans la salive est due à l’inhalation de la fumée. Il est probable qu’un sérieux rinçage de bouche puisse diminuer cette concentration.

Par contre, il n’y a généralement pas de temps pour manipuler le dépistage de drogue dans la sueur ou la salive. Un lavage soigneux des cheveux avec quelques shampoings peut réduire le THC et ses métabolites. Dans une étude l’emploi de Head & Shoulders, Neutrogéna ou Rave donne lieu à une réduction de concentration de drogue. Sur la base de considérations théoriques, il est probable que la décoloration des cheveux avec du peroxyde d’hydrogène, un oxydant puissant, réduise la concentration de THC dans les cheveux.

Pour ce qui concerne les tests capillaires, il est bon de savoir qu’en l’absence de cheveux, les poils axillaires et pubiens peuvent être utilisés dans les dépistages.

Dr Franjo Grotenhermen

Date de parution mardi 14 décembre 2010 02:41

Forum de l'article

SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
Bonjour,
Même question : dans les 3 prochains mois, je vais avoir une prise de sang pour le cannabis. Je fume tous les jours depuis 3 ans régulièrement, est-ce qu’il risque de trouver quelque chose dans mon sang si je ne fume pas pendant 2 mois sans faute ?
Merci de votre réponse rapide !

Répondre à ce message
18 juin 2013 par Alex
SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
Bonjour je me suis fais arrêter par la gendarmerie pour un test salivaire du thc qui était bien sur positif je suis fumeur régulier. J’ai reçus une suspensiô de permis de 6 mois et pour récupérer mon permis je vais devoir faire une prise de sang ou Je suis agîn. Consomment tout les jours du cannabis serait vous me dire combien de temps dois-je arrêter de fumer pour être négatif a la prise de sang ? Merci d’avance

Répondre à ce message
26 mai 2013
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
Fumer ou conduire faut choisir

J’ai aussi du passer part la pour récupérer mon permis.

Répondre à ce message
  5 06 2013 par André Fürst
 
  prudence
 
salut a tous, évite la défonce aux volant.comme pour l’alcool. ciao soyer prudent

Répondre à ce message
  23 02 2014 par do rosario
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
bonjour
comment ce déroule la visite médical quand on la passe en commission svp merci

Répondre à ce message
  24 12 2013 par suspension6mois
 
SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
pour diminuer la concentration de THC dans le sang, c’est un peut barbare mais il suffit simplement de se prélever su sang tous les jours dans la limite du raisonnable, 5 à 10cl sont amplement suffisants. sachant que votre corp en élimine constament, même pour un fumeur fidèle, qui fume tous les jours, arrêter pendant un mois et pendant celui-ci, une semaine de prélèvement.

(La 3em semaine du mois est la plus éficace en sachant qu’il ne vaut mieux pas se prélever la semaine précédent la prise se sang)... plus aucune trace... véridic !

Cordialement.

Répondre à ce message
20 mars 2013 par proxico
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
et comment ça ? je ne comprends pas .. cela marche vraiment ? cela m intrigue ! merci de ta reponse

Répondre à ce message
  25 11 2013
 
SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
combien de temps peut rester au maximum du thc aprés avoir fumer un seul join ??

Répondre à ce message
2 mars 2012 par anthony
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
moi je suis resté 6 semaines positif la première fois il y a 3 ans. et j’ai du recommencer l’été dernier et là ça à duré 10 semaines...

Répondre à ce message
  23 04 2012 par bobo71
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
4 jours a 5 max

Répondre à ce message
  11 04 2012 par tata
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
Cela dépend de plusieurs choses je pense (qualité de ce qui est fumé, nourriture et liquide avalés entre temps, etc..)..
Je me suis fais arrêté il y a deux ans et j’ai eu un test thc (salivaire).
Le test était négatif, celui qui m’a arrêté m’a dit que ça restait 9h dans la salive, je n’avais pas fumé depuis 9h et j’étais négatif.. il m’a dis de continuer de faire attention.
Un an plus tard je me suis fais arrêté par plusieurs personnes des forces de l’ordre dont cette même personne, je n’avais pas fumé depuis 20h et lorsque j’ai fais le test j’étais positif..
J’ai donc dis à la personne m’ayant déjà arrêté qu’il m’avait pourtant dis que c’était 9h, et il m’a dit que ce n’est pas vrai, qu’il ne m’a jamais dis ça..(....)
Bref tout ça pour dire qu’au final personne ne sait vraiment combien de temps ça reste dans la salive, et que de toute façon ce n’est pas bien important car leur test ne fonctionne pas .. ils servent plus ou moins à filtrer pour ensuite faire faire une prise de sang..
Bienvenue en France ..

Répondre à ce message
  23 05 2012
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
Oui c’est tout à fait vrai ! même le teste urinaire qui permet de détécter le THC bien plus longtemps que dans la salive, reste aléatoire et non fiable, je suis un fumeur fidèle je consomme tous les jours ou presque enfin bon... pour vous dire q’en 2ans... j’en ais fumer ! et pourtant contraint de passer un teste urinaire pour être déclarer "apte" a travailler tous les ans, je travaille a ce jour depuis 2ans, ce qui nous fait 2teste, aucun na été positif ! or mon patron m’a griller et cette fois je suis contraint de passer un teste sanguins, celui-ci est le plus fiable je crois, par contre je suis sur d’une chose, c’est qu’un teste réalisé avec des cheveux permet de savoir précisément la date de la consommation ainsi que la dose et même la régularité. Il existe même des laboratoire qui nous accorde ce teste pour un peut d’argent et en tout anonymat, si vous tenaient a le savoir il vous faudra sacrifier une mèche de cheveux (il est bon de savoir qu’en l’absence de cheveux, les poils pubiens peuvent les remplacer) voila le reste vous sera expliquer sur ce site :

http://www.analysesdedrogues.com/an...

cordialement.

Répondre à ce message
  20 03 2013 par proxico
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
sa dure 24h dan la salive

Répondre à ce message
  21 02 2013
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
Je me suis fait arrêté le 21 septembre j etais gros consommateur la police ma fait le test salivaire et j ai été positif alors que cela ferai plus de 24h que j avais pas fumer et du coup je suis aller avec la gendarmerie faire un testé sanguin qui était positif aussi j ai eu une suspension se permis pour 3mois... Aujourd’hui je vais devoir rencontrer un psy ( je sais pas pourquoi) et avoir un test médical. J avai arrêter ma consommation pendant un mois ( avec beaucoup de mal) et je refume de temps en temps. J aurai voulu savoir pour mon cas combien de temps cela va rester dans mon sang ou l urine. Mon dernier joint etais sans mentir ce matin ( j aime trop fumé :( ) sachant que je v devoir faire les testes dans le mois de décembre. Merci de vos réponses d avance

Répondre à ce message
  11 12 2012
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
Qu’est ce que ça a donné ?

Répondre à ce message
  25 02 2013
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
Après une consommation unique je conseille aux minimum deux semaines d’arrêt avant le Test.

Répondre à ce message
  12 12 2012 par André Fürst
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
Je dois passer un test urinaire les 5, 12 et 19 juillet. Je viens d’arreter de fumer aujourd’hui le 23 juin.

Je suis un fumeur régulié depuis plus de 15 ans (3 à 4 bédos/jour).

Je vous dirai ce que ça a donné. En attendant, je bois de l’eau, fais du footing... Pas convaincu que ça aie un effet mais il ne me reste que ça. Le coup de boire de l’eau ou autre liquide avant la prise d’urine ne fonctionne pas car ils te font prendre un marqueur qui doit se retrouver dans ton urine.

Répondre à ce message
  23 06 2013
 
  SUR LE DÉPISTAGE DU CANNABIS ET LA MANIÈRE DE LE FALSIFIER
 
Alors comment c’est passer ton test ?

Répondre à ce message
  18 02 2014 par Ulis
 

http://www.cannabis-helvetica.ch
http://www.swisshempshop.com